Eusko Jaurlaritza - Gobierno Vasco

Department de Culture

euskadi.net

Accueil
Vous êtes à:
  1. l'Observatoire de la Culture
  2.  
  3. Bulletin

Icône de conformité avec le niveau A des directives Web Content Accessibility 1,0 W3C-WAI

Entretien avec Pantxoa Etchegoin, Directeur de l’institut culturel basque

PanchoaComme vous savez, les résultats de la Statistique sur les habitudes, pratiques et consommation en matière culturelle 2007-2008 ont été présentés récemment. Quelle est votre appréciation générale sur ces résultats en ce qui concerne le Pays basque nord ?

En premier lieu, je dois dire que notre organisme a accueilli très favorablement la mise en œuvre d’une enquête sur les pratiques culturelles en Pays basque, dont Iparraldea. Aussi, nous  avons participé à ce travail avec l’Observatoire basque de la culture.
Par le passé, des enquêtes sur la culture et la langue basques ont été réalisées, mais c’est la première fois que l’on analyse par secteurs les comportements de la population dans le domaine de la culture, ainsi que la fréquence et l’intensité de cette consommation culturelle. Nous considérons qu’il est très important de disposer d’un tel observatoire pour analyser les habitudes de la population et pour fixer les orientations en terme de politique culturelle.

Par ailleurs, en ce qui concerne l’échantillonnage, la couverture statistique a été large : plus de 1.300 entretiens téléphoniques ont été faits en prenant en compte les différentes aires territoriales qui composent le Pays basque nord : la côte, la zone dite « intermédiaire » et l’intérieur.

Comment voyez-vous la dynamique de la population du Pays basque nord par rapport à l’ensemble du territoire du Pays Basque, c’est-à-dire, quelles sont les principales activités culturelles ?
Si l’on s’en tient au sondage, en Pays basque nord, trois principales activités se démarquent des autres : l’écoute de la musique – tout particulièrement parmi les jeunes -, le goût de la lecture (et dans les deux domaines, les publications et supports en langue basque occupent une place privilégiée) et la fréquentation du cinéma, particulièrement sur la côte, du fait qu’il y a un nombre élevé de salles de cinéma sur cette zone.

Par comparaison avec le reste des territoires du Pays Basque, on observe qu’en Pays basque nord on lit davantage. En revanche, si l’on compare les résultats avec le Pays basque sud, on peut observer qu’ici on se rend moins dans les bibliothèques, dans les musées, dans les salles de concert, etc.. Mais en même temps, on s’aperçoit que la participation aux activités culturelles est très répandue. Il semble qu’en Pays basque nord, nous soyons autant acteurs culturels que spectateurs.

Parmi la population bilingue, l’habitude de la lecture est très répandue. En ce qui concerne l’écoute de la musique basque et l’assistance à des spectacles en langue basque, l’activité des personnes bilingues est également très forte en Pays basque nord.

La comparaison entre les différents territoires du Pays basque nord montre que la Soule concentre le plus grand nombre d’habitants qui fréquente les spectacles de danse, parmi lesquels il convient de faire une place aux pastorales. En revanche, l’assistance à des spectacles de théâtre est plus enracinée parmi la population de la Basse-Navarre. En Labourd, les principales activités sont le cinéma et la lecture. Pour la musique, il n’y a guère de différences significatives entre les territoires.

Enfin, Internet est un outil incontournable pour la consommation culturelle, essentiellement pour les jeunes du Pays basque nord ; nombre d’entre eux optent pour les contenus en langue basque (contenus musicaux, blogs, forums, etc.).

Quels pourraient être les enjeux de la politique locale au plan culturel dans le futur?

Nous avons vu quelles sont les activités culturelles auxquelles les gens participent. Je pense que nous devons redoubler d’effort pour que la culture basque soit présente dans les grands lieux publics : bibliothèques, salles de cinéma, salles d’exposition, de concert, etc. Par exemple, en organisant des ateliers de lecture et/ou d’écriture, ou en encourageant la création cinématographique basque.

Il ressort de cette enquête que les habitants du Pays basque nord sont des acteurs de la culture basque. Aussi, nous devrions intervenir sur différents plans : il faut que l’offre culturelle soit la plus large possible pour que les gens sortent de chez eux, en créant sur les différents territoires des lieux de convivialité ouverts au plus grand nombre, et en invitant les publics à participer à la culture basque, par le biais de la danse, de la musique ou encore du théâtre par exemple.

En ce qui concerne la transmission et la création contemporaine, on doit prendre les jeunes en considération pour réfléchir ensemble et mettre en oeuvre des projets avec eux. Il faut également se servir des nouvelles technologies pour élaborer des contenus spécifiques qui encouragent la participation des jeunes à la culture. Il nous appartient de travailler ensemble autour de projets innovants pour bâtir le futur de la culture basque, en partant de la culture d’aujourd’hui.