[ http://www.sociolinguistique.eke.org ]

Chroniques du sociolinguiste Erramun Bachoc

2009/03/31

La motivation des jeunes dans l'enquête 2006

Concernant la motivation en faveur de la langue basque, le groupe d'âge le plus jeune, celui des 16-24 ans, apparaît comme totalement atypique. La compétence linguistique a nettement progressé. Les bilingues actifs sont 12% chez les 25-34 ans, 16% chez les 16-24 ans et ceci grâce aux nouveaux bascophones formés par les ikastola et les sections bilingues. Mais ces mêmes jeunes expriment un enthousiasme modéré, en comparaison avec la classe d’âge précédente. Pourcentages comparatifs de ceux qui se sentent basques (43% vs 48%), de ceux qui utilisent le basque autant ou plus que le français (14% vs 19%). Et en pondérant le positif et le négatif, attitude favorable à la promotion de la langue basque (14 points vs 28 points.) ; intérêt pour le basque (37 points vs 44 points). Que se passe-t-il ? Il est évident que nous entrons dans une période de transition.

Les éducateurs font la relecture suivante de l’enquête : ils ont l’impression que les nouveaux bascophones font preuve d’attachement à l’identité basque et même d’un certain radicalisme dans la défense de la langue basque. Mais comme ils sont encore minoritaires, l’enquête reflète plutôt les opinions de la grande majorité des jeunes non bascophones (70%). Ce qui montre qu’il y a un travail de conscientisation à faire dans les deux langues, en concertation entre l’Institut culturel basque et l’Office public de la langue basque.

Les anthropologues peuvent nous aider à comprendre cette période de transition. S'agissant de l'identité collective on distingue deux théories principales : le primordialisme et le constructivisme. Pour le primordialisme l'identité est l'attachement à une manière d'être essentielle dont les caractéristiques sont le lieu de naissance, les ancêtres, la langue, les coutumes, l'histoire. Cette conception traditionnelle est exprimée non seulement dans les groupes d'âge les plus anciens mais aussi à l'époque de la modernité.

Cependant, en entrant dans la post-modernité, principalement avec la globalisation et les nouvelles techniques de l'information et de la communication, l'identité prend une autre forme que le constructivisme explique de manière plus satisfaisante : l'identité est quelque chose que chaque personne construit pour soi-même, en s'appropriant de la culture d'autrefois mais aussi en acceptant les cultures environnantes. Quand nous parlons de manque de motivation il s'agit souvent de changement de motivation. Les jeunes générations vont-elles inventer de nouvelles manières d’être basques ?

Des grands évènements comme Korrika ou Herri Urrats ravivent l’enthousiasme pour la langue basque. L’éducation à la culture basque aide les jeunes à construire leur identité. L’Institut culturel basque, dans son projet 2007-2013, "Devenir ensemble" (page 12) a raison de se référer à la directive ministérielle "L’éducation artistique et culturelle (...) contribue à la formation de la personnalité et est un facteur déterminant de la construction de l’identité culturelle de chacun". La sensibilisation à la langue et à la culture basque passe par la découverte et la créativité.

Auteur: Erramun Bachoc.2009/03/31
Catégories: attitudes motivation 2006 jeunes | Permalink | Réponses (0) | Références: (0)

Envoyer un article





The CAPTCHA image

Saisissez ci-après les lettres qui figurent dans l'encart ci-dessus.