Euskara  Français 

Emazteen artea II

Arte erakusketa - Donibane-Garazi - 2008ko martxoaren 8tik apirilaren 5era

2008/03/22 14:54:35.233 GMT+1

Les enfants visitent l’exposition

L’un des objectifs d’Itzal aktiboa est de faire connaître aux enfants la création artistique.

 

Nous invitons les groupes scolaires à venir visiter l’exposition.

 

Avec l’aide d’un jeu-guide spécialement conçu pour eux, en français et en basque, les enfants apprennent à voir et à regarder les œuvres.

Ensuite, ils font des ateliers avec un des artistes. Ici, nous les voyons avec Odile Lascaray.

 

 

Depuis l’ouverture de l’exposition, nous avons déjà reçu plus de 160 enfants venant des écoles de Saint Jean Pied de Port et des environs. D’autres viendront dans les prochains jours.

Voici une liste des visites de groupes scolaires que nous avons reçus et que nous recevrons:

Mardi 11 mars à 14h30 : 22 enfants CM1 de l’école Saite Marie de Saint Jean Pied de Port - Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide et  atelier dans la salle d’exposition : reconstitution et différentes combinaisons avec les cubes de l’artiste Beatriz Churruca

Jeudi 13 mars à 14h : 20 enfants CE2, CM1 de l’école Sainte Marie de St Jean Pied de Port - Visite et découverte de l’exposition avec le  jeu-guide, et atelier dans la salle de mairie avec les cubes de Beatriz Churruca.

Vendredi 14 mars  à  9h : 20 enfants CM1,CM2 de l’école Sainte Marie. Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide dans l’exposition et intervention de l’artiste sculpteur Odile Lascaray. Explications et pratiques : chaque enfant a utilisé le burin et le marteau pour sculpter.

Vendredi 14 mars à 14h :  16 enfants grande section CP de l’Ikastola de Garazi - Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide dans l’exposition et intervention de l’artiste sculpteur Odile Lascaray,  Explications et pratique : chaque enfant a utilisé le burin et marteau pour sculpter.

Lundi 17 mars à 9h.30: 16 enfants CE1 de l’école Sainte Marie de St Jean Pied de Port. Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide dans l’exposition et intervention de l’artiste céramiste Colette Rousserie. Explication et pratique : chaque enfant a réalisé un pot en terre avec la technique du colombin.

Lundi 17 mars à 14h : 31 enfants CM2 de l’école de Cambo. Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide dans l’exposition et intervention de l’artiste céramiste Colette Rousserie. Explication et pratique : chaque enfant a réalisé un pot en terre avec la technique du colombin.

Mardi 18 mars : Après-midi : 13 enfants CM2 de l’ikastola de Garazi. Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide, atelier dans la salle de la mairie avec l’installation de Beatriz Churruca.

Vendredi 21 mars : Matin 17 enfants CE2-CM1 de l’ikastola de Garazi. Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide. Atelier avec l’artiste sculpteur Odile Lascaray.

Après-midi :12 enfants CE1de l’ikastola de Garazi. Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide. Atelier avec l’artiste sculpteur Odile Lascaray.

Prochaines visites :

Mardi 25 mars : Matin : 17 enfants CP-CE1, bilingues de l’école primaire publique de Saint Jean Pied de Port;  20 enfants CP-CE1, unilingues de l’école primaire publique de Saint Jean Pied de Port - Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide. Ateliers prévues :Beatriz Churruca, Colette Rousserie

Après-midi : 21 enfants CE2 école primaire publique de Saint Jean Pied de Port - Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide. Ateliers prévus : Béatriz Churruca, Colette Rousserie

Jeudi 27 Mars : Après-midi : 22 enfants CM1-CM2 école primaire publique de Saint Jean Pied de Port; 18 enfants CM1-CM2 école primaire publique de Saint Jean Pied de Port. Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide.Ateliers prévus :   Beatriz Churruca, Colette Rousserie

Vendredi 28 mars : Après-midi : 56 adolescents de 4ème Collège de la Citadelle à Saint Jean pied de Port. Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide. Ateliers prévus : Odile Lascaray, Josette Dacosta

Lundi 31 mars : Matin : 35 adolescents de 4ème Collège Erdozaincy Etchart à Larceveau. Ateliers prévus : Odile Lascaray, Josette Dacosta

Jeudi 3 avril :  Matin : 36 élèves de CP-CM2 de l’école publique de Mendive. Visite et découverte de l’exposition avec le jeu-guide. Ateliers prévus : Colette Rousserie, Josette Dacosta    

         

Nork: dacosta.2008/03/22 14:54:35.233 GMT+1
Gaiak: art artistique pays création basque féminin enfants | Permalink | Erantzunak (0) | Errenferentziak: (0)

2008/03/20 01:18:12.245 GMT+1

L'herbe qui pousse parmi les décombres de la ville, vue par Ana Izura

"La pintura es compartir; así lo he sentido toda la vida".

C’est dans son atelier dans un vieil immeuble dans le centre d’Irun que nous rencontrons Ana Izura. D’une nature vive et exubérante, cette femme petite et menue adore partager ses connaissances et ses trouvailles.

D'une étagère chargée de livres, elle tire un petit album plein de dessins d’insectes qu’elle a fait avec des enfants. Posé contre le mur, un montage photographique d’un ange qu’elle a trouvé dans un cimetière, marbre blanc contre un ciel azur.

Artiste polyvalente, Ana Izura est autant à l’aise avec la gravure qu’avec la peinture, le collage et la photographie. Constamment aux aguets pour trouver des objets ou des matériaux qu’elle peut intégrer dans ses œuvres, elle fait preuve d’une énergie et d’un enthousiasme bouillonnants.

Son mot d'ordre : « Il faut faire de l’art avec ce qu’on a à porter de la main. »

Née à Tafalla, elle a commencé son apprentissage de peintre dans le studio de l’artiste Gaspar Montes Iturrioz, avant de quitter le Pays Basque pour étudier à l’Académie de San Fernando à Madrid. Là elle a eu comme professeur le peintre Antonio López,  dont la façon minutieuse de travailler trouve un écho dans ses œuvres. Par la suite, elle s’est déplacée à Bruxelles et Paris, grâce à des bourses des gouvernements belge et français.

S’inspirant des aspects changeants du ciel, des prairies et des forêts, elle crée des tableaux qui virent vers l’abstrait en y introduisant des éléments pris dans la nature.

Mais elle est également sensible à la vie citadine, tirant son inspiration tour à tour des enseignes, des graffitis et de l’activité commerciale qui se déroule constamment autour d’elle.

A Saint Jean Pied de Port, elle expose des tableaux de petit format faisant partie d’une série qu’elle a nommée « De las hierbas » - autour de l’herbe – datant de 1997-98.

« Le fil conducteur de mon œuvre a été presque toujours la nature, dans ses différentes manifestations, mais cette étape de l’herbe a été très importante pour moi » explique-t-elle. 

« Je vis dans une région où il y a beaucoup d’herbe, et au cours de mes promenades dans les environs d’Irun j’ai découvert la force que peut avoir un brin d’herbe insignifiant qui pousse dans la pierre et qui dans sa fragilité apparente, piégé entre les vieux murs, émergeant des blocs de maçonnerie ou mélangé avec les graffitis, fait partie de notre paysage urbain et le rend de plus en plus distant de nous. Bien que ces tableaux ne sont qu’un petit fragment de tout ce que fut l’œuvre entière de cette série, il me semble que ceci est une bonne occasion et un contexte très approprié pour les partager. »

Lire l'article dans El Pais 

Nork: itzal aktiboa.2008/03/20 01:18:12.245 GMT+1
Gaiak: irun artiste peintre ana emazteen l féminin izura art au artea | Permalink | Erantzunak (0) | Errenferentziak: (0)

2008/03/06 20:53:29.251 GMT+1

9 emazte artisten erakusketa, Donibane-Garazin

Erakusketaren estreinaldia, martxoaren 8an antolatu zen, Emaztearen Egunean hain xuxen. Bederatzi emazte artista elkartzen dituen erakusketa hunen helburua da, Ipar eta Hegoaldeko Euskal-Herriko emazteen ikuspundutik, garaikideko sorkuntza artistikoa eskeintzea. Sorkuntza mota desberdinak aurkezten dauzkigu, Anne Broitmanen potreta koadroetatik, Baxe-Nafarroko errekak zeharkatzen dituzten zubietara, Odile Lascaray-en zur zizelkaduretatik, Béatrice D.-ren tindu abstraktuetara.

1950 urteetan, Arte Gordinaren lehen orenetako Robert Tatin-en ondoan zen Colette Dubuc-ek, zizelketa bereziak egiten ditu, abarrekin eta itsasoak itzuli zurekin.


Celia Eslavak aldiz, jantzi eta oihalkien sinbolismoari buruz dituen kezkak adierazten dauzkigu.  

Colette Rousserie-k, zeramikazko objektuak aurkeztuz, Amazoniako artea goresten du, Josette Dacostak, obra abstratuak eta figuratiboak modu koloretsuz sortuz eta Ana Izurak, eztitasun handi batez, hirian den natura indartsuari dei egiten du.

Baina, hain segur, Donibane-Garaziko Herriko-Etxean, Donostian lan egiten duen Beatriz Churruca-ren "+SOMA" kuboak ohoratuak izan ziren.

 

Bere kuboek dute gehienik adin guzietako publikoa adi atxikiko : plastikazko zazpi poltsa, jantzi zaharrez mukurru beteak, forma guziak desberdinak eta bakotxak  bere kolore nagusia. Izari erraldoi batean, 1936an, Piet Hein, Danimarkako idazleak, asmatu zuen Soma kubu famatua itxuratzen dute. Sumoaren jokoa da, bata bestearen barnean kokatuz, kubo osoa sortzea, bainan ere, eginez eta deseginez, kokapen multxo mota ainitz sor daitezke. Gainean jarriz edo eseriz, uzkaliz, kuboak higituz, arte obra batekin jostatzeko parada da, haurrentzat bezaintzat, helduentzat.

 Iruñan sortua, Beatriz Churrucak, arte-plastikak, Barzelonan eta Salamankan landu ditu. Bere artearen bidez, naturari eta gure kontsumo-gizarteko nahasmenduari buruzko gogoeten adieraztea xedea du : hondarkinen metatzea, xahutzea eta berziklatzea.

2004ean da abiatu kubo egiten, Donostiako San Telmo erakustokian, auzoko haurren laguntzarekin, kubo handi bat sortu duelarik, higatuak ziren kolore desberdinetako jantziz beterik.

Jarraitzen duen proiektu baten hastapena izan zen, jokoa, artea eta ingurumenari buruzko kezka pertsonalak uztartuz. Kubo batzuk, Euskal-Herriko gune desberdinetan, erakusketa eta kultur proiektuen gaia egin dute.

"SOMA"-k, 2007an, Gipuzkoako Diputazioak antolatu sortzaile gazteen arte leiaketako lehen saria izan du eta zonbeit astez, Donostiako "Koldo Mitxelena" kultur etxean agertu da.

 

Nork: dacosta.2008/03/06 20:53:29.251 GMT+1
Gaiak: | Permalink | Erantzunak (0) | Errenferentziak: (0)

2008/03/05 23:47:47.005 GMT+1

Odile Lascaray : la passion pour le bois

Il fait nuit noire et un froid glacial lorsque nous rendons visite à Odile Lascaray dans son atelier dans l’ancienne Poudrière de Navarrenx, un bâtiment en pierre près des remparts de la ville.   

 

Odile porte une veste sans manches et un tricot marron. Elle vient de terminer un cours de sculpture et elle est visiblement épuisée par l’effort de l’enseignement, auquel elle s’adonne avec conviction.

Tout d’abord, elle nous fait expérimenter les bizarreries du lieu, une salle voûtée en pierre taillée dont l’architecture produit un effet d’écho curieux. Si une personne se met dans un coin et chuchote, l’autre personne dans le coin d’en face l’entend aussi clairement que comme si elle était à côté. Au milieu de la pièce se dresse une table de travail construite en lourdes planches de chêne. 

Puis, elle nous présente ses œuvres, rangées autour des murs. Originaire de Lantabat en Basse Navarre, artiste autodidacte, Odile est passionnée par le bois, avec lequel elle a un contact intime. Femme vigoureuse, acharnée dans sa façon de travailler, elle crée des êtres mythiques inspirés de la nature et de la force qui émane de son pays.

Voici Luxie, une de ses premières sculptures, une figure de femme qui fait penser aux arts africains :"Banuen idei bat gorputz baten lantzea zizelkatuz, ez nakien nola hasi eta ez nuen ere argazkirik. Hortarako hartu naiz modela gisa begiaketxirik horela obekio senditu dut lana. Bukaeran norbeitek ikusi eta eman dio Luxieren izena, emakume hori sortua izan da duela hiru milliun urte."

« J'avais dans l'idée de sculpter une déesse, mais je ne savais pas par où commencer, je n'avais pas de croquis. C'est pour cela que je me suis prise comme modèle : de cette manière, j'ai pu appréhender l'oeuvre plus aisément. Une fois mise en exposition, une personne l'a surnommée Lucie, "la première femme de l'univers" retrouvée il y a 3000 ans. » 

Et voici le Corps musical, sculpté dans un morceau de poutre qui faisait partie d’une porte d'église :

"Astapenean egur hori elizako ate bat zen, bi bizkarezur lotuak dira musika tresna gisan. Gero zizelkatu ditut bi aldeak formak landuz afrikari pensatuz."

« Deux colonnes vertébrales soutiennent deux interprétations. J'ai fait suivre des formes ayant une pensée pour l'Afrique. »

Dans un autre coin, une série de pions d'échiquier :

"Erregeatik ertzoaraino hala zein izan den hiru hilabeteko lana. Euskal kurutzea agertarratzen du nere sendimendu orokora euskal herriari buruz."

« Du roi au fou, voilà ce qui a été ma démarche de travail durant trois mois. La croix basque reflète l'âme et l'identité de mon pays. » 

Et finalement, la Colère, une œuvre élancée « qui fait apparaître mon mal-être intérieur. » 

 "Obra horrek adierazi nahi du nere barneko kexadura!"

Dans quelques semaines, Odile exposera ses œuvres à Pau. Entre temps, elle n’a qu’un seul désir: de revenir vivre et travailler dans son pays et d’entendre parler sa langue maternelle autour d’elle.

 

Nork: itzal aktiboa.2008/03/05 23:47:47.005 GMT+1
Gaiak: art pays emazteen féminin au basque artea sculpture | Permalink | Erantzunak (0) | Errenferentziak: (0)

2008/03/01 21:36:18.820 GMT+1

+SOMA : le monde cuboïde de Beatriz Churruca

Comment charger sept grandes housses en plastique remplies à craquer de vieux vêtements, chacune avec une forme cuboïde distincte des autres, dans une modeste camionnette en plein milieu de la rue un samedi à l’heure de l’apéritif à Saint Sébastien sans s’énerver ni agacer les chauffeurs qui attendent pour poursuivre leur chemin ? Voilà le casse-tête auquel nous faisions face au moment d’aller chercher les cubes +SOMA de Beatriz Churruca pour les ramener à l’exposition de Saint Jean Pied de Port.

Si on ne connaît pas le système du cube Soma, inventé par l’écrivain danois Piet Hein en 1936, c’est un défi d’enfer. Si par contre on le connaît, c’est un jeu d’enfant. Chacun des objets s’emboîte avec les autres pour former un cube parfait. Heureusement, Beatxu est là pour diriger l’opération. Le vert par ici, le rouge par là, le noir en dessous et le jaune en haut … voilà qu’avec un peu de patience le tout rentre bien dans la camionnette. 

 Née à Pampelune, Beatriz Churruca enseigne dans des écoles d’art à Saint Sébastien. Elle a étudié les arts plastiques à Salamanque et Barcelone, passant de la peinture à l’art conceptuel. Son truc, c’est d’exprimer à travers l’art ses réflexions sur la nature, le désordre et notre société de consommation : accumulation des déchets, gaspillage et recyclage. Elle a commencé avec les cubes en 2004, lorsqu’elle a réalisé avec l’aide des enfants du quartier dans le Musée San Telmo à Saint Sébastien un grand cube plein de vêtements usagés de couleurs différentes. C’est le début d’un projet qu’elle poursuit toujours, unissant le jeu, l’art et ses préoccupations environnementales.

 L’aboutissement de ses recherches est cette série de sept cubes en vinyle clair remplis de vieux vêtements de différentes couleurs. Ensemble, les cubes créent un environnement dont les visiteurs peuvent s’approprier pour jouer ou pour faire des constructions. Des versions de ces cubes ont fait l’objet de projets culturels et d’expositions dans différents lieux du Pays Basque. L’œuvre, qui s’appelle « +SOMA », a reçu le premier prix du concours d’art pour les jeunes créateurs organisé en octobre 2007 par la Diputacion de Gipuzkoa et a été exposée pendant quelques semaines à la maison de la culture « Koldo Mitxelena » à Saint Sébastien.

Jakes nous écrit:

« Je suis passée par la Mairie et en regardant à travers les vitres de la porte de la salle d’exposition j’ai vu ce que je croyais être des fauteuils au milieu de la pièce. Ce n’était donc pas des fauteuils mais une œuvre d’art ? »

 

Notre réponse:

Eh bien, oui, c'est une oeuvre d'art. Voici l'un des objectifs de cette exposition: présenter de nouvelles façons de voir les choses afin d'éveiller les sensibilités qui dorment dans chacun de nous!

 

 

Nork: nick.2008/03/01 21:36:18.820 GMT+1
Gaiak: art churruca pays emazteen féminin arte basque artea au femmes beatriz femenino | Permalink | Erantzunak (1) | Errenferentziak: (0)

2008/02/27 00:12:41.122 GMT+1

Une visite chez Béatrice D.

Le soleil d'hiver illumine les collines autour d'Hasparren lorsque Béatrice D. nous accueille dans son atelier à côté de la vieille ferme perchée sur une hauteur où elle vit avec son mari médecin. Une symphonie de jaunes et de bleus nous éblouit en y entrant.

Les murs sont couverts de tableaux. De grandes toiles sont perchées sur des chevalets ou rangées contre les murs. Un chat s’enfuit par la porte. Au milieu de la pièce, une table de travail est couverte de bouteilles, de petits pots et de pinceaux. Sur une autre table dans un coin se dresse une petite armée de figurines en terre cuite

Au début, on a de la difficulté à percer au-delà des couleurs de ses toiles. Mais peu à peu des traits et des formes émergent. Entrer dans la peinture de cette femme mince et pleine d’énergie, c’est tout d’abord devoir s’accoutumer au non-dit et à l’invisible. Des figures qui apparaissent et qui disparaissent, des allusions fugitives, parfois fuyantes : démarche délibérée, celle de la recherche et de la rencontre de la vie au-delà des apparences.

D comme Doutremepuich, de son nom de jeune fille, ainsi que comme Dardel, de son nom de femme mariée, Béa pour les intimes, l’artiste elle-même est tout sauf fuyante. Après une enfance heureuse sur la côte basque, elle a vécu une vingtaine d’années à Bordeaux, où elle a appris son métier d’ergothérapeute. Aujourd’hui, elle exerce dans l’art thérapie, donnant des cours à Tours et à Bruxelles et travaillant avec des patients dans des institutions sur la côte basque.

Peintre confirmé, avec de nombreuses expositions à son actif, elle produit des tableaux abstraits qui sont les fruits d’une réflexion intense. « Le visible représente ce qu’une personne ou une chose offre aux regards» explique-t-elle. Mais «très vite s’imprime à mon regard une présence ou une absence qui n’est visible qu’à la perception de l’être.»

Voici donc des tableaux  dans lesquels les pigments et autres matières, comme le sable et le goudron de Judée, ont une existence propre, tout en se référant à des sensations et des réflexions intimement liées à son vécu. Tel pigment extrait d’une mine en Provence, tel autre qu’elle a ramassé elle-même, une poignée de sable de la plage de Sokoa où elle a passé son enfance… les ingrédients de la peinture se transforment à travers l’acte de création en rythme et musique visuelle.

«Les pigments poudres deviennent liquides ou pâteux. La conception s’élabore. Parfois tout est modifié. Les premiers croquis, dessins, essais font apparaître une silhouette dialoguant avec une autre, et à distance c’est une autre aventure qui se lit, prenant ainsi toute sa liberté, sa place dans l’atelier.»

L’aventure est visuelle mais aussi intellectuelle, comme le démontre l’exemple de cette série de tableaux inspirés par les cristaux liquides, objet d’une thèse en sciences rédigée par son fils aîné. Partant de la rigueur scientifique de son analyse et des photos prises au microscope électronique, l’artiste a fait une autre lecture inspirée d’émotion intense.

Dans ses écrits, véritable narratif du processus de création, l’artiste nous livre les clefs de son œuvre : «La peinture est une source vivante inépuisable. Elle est reliée au monde, à l’être. Ne croyez pas que le peintre soit à côté du monde : non, pas du tout. La perception de son regard se mélange à sa réflexion, ses peurs, ses joies… aussi il propose une autre lecture de la vie.»

Nork: itzal aktiboa.2008/02/27 00:12:41.122 GMT+1
Gaiak: basque art d béatrice artistes emazteen féminin exposition pays au femmes artea | Permalink | Erantzunak (0) | Errenferentziak: (0)

2008/02/18 21:56:47.645 GMT+1

Pour lancer l’exposition une conférence sur ''Trois femmes et la sculpture''

Madame Michèle Heng, historienne de l’art, fera une conférence sur « Trois femmes et la sculpture » (Louise Bourgeois, Annette Messager et Magdalena Abakanowicz) le vendredi 7 mars à 19 heures dans la Salle Voûtée de la Mairie à Saint Jean Pied de Port. Entrée libre. Par la suite, un « pot » sera offert par la Mairie, suivi d’une visite dans les différents lieux d’exposition.

Erresumen artean egina den emazten egunaren ohoretan baliatuz, Itzal aktiboa elkarteak gomitzatzen gaitu mintzaldi batetarat : « Hiru emazte eta xixelatzea » (Louise Bourgeois, Annette Messager eta Magdalena Abakanowicz).

Michèle Heng-ek emanen du mintzaldi hori, martxoaren 7 an, arratsaldeko 7 orenetan, Herri etxeko gela batean, Donibane Garazin. Erakusketa hortan « Emazteen artea II » mintzaldiaren ondotik, gauza goxo batzu emanak izanen dira jateko eta edateko.

 

Nork: itzal aktiboa.2008/02/18 21:56:47.645 GMT+1
Gaiak: art emaztee heng artea femmes michèle | Permalink | Erantzunak (0) | Errenferentziak: (0)

2008/02/10 16:19:47.068 GMT+1

Voici les artistes qui participeront à l'exposition

L'exposition se concrétise. Voici une liste des artistes qui y participeront. Dans les jours qui viennent nous vous les présenterons de façon plus détaillée.


 

Nork: Itzal aktiboa.2008/02/10 16:19:47.068 GMT+1
Gaiak: de art la journée exposition internationale femmes femme | Permalink | Erantzunak (0) | Errenferentziak: (0)

2008/02/04 22:33:20.666 GMT+1

Une exposition des oeuvres d’artistes femmes, dans quel but ?

Est-ce que les femmes font un art différent de celui des hommes ? Y a-t-il une sensibilité féminine qui se différencie de celle masculine ? Si oui, vaut-il la peine de la mettre en évidence ?

Sur la base de notre première expérience il y a un an, avec notre exposition « L’Art au féminin » du mois de mars 2007, nous croyons pouvoir répondre oui à toutes ces questions. En l’affirmant ainsi, cependant, nous ne voulons surtout pas cantonner les femmes dans un ghetto artistique quelconque. Au contraire, notre objectif est de permettre à ces artistes de se dévoiler dans un contexte neutre, dans lequel c’est leur création, et non pas leur genre, qui prime.

Comme dans note exposition antérieure, chacune des artistes que nous exposerons à partir du 8 mars prochain a quelque chose à communiquer, que ce soit ses réflexions sur la condition féminine, son appréciation de la couleur, des matériaux et des formes, ou son amour pour son environnement et les choses et des personnes qui l’entourent.


Se distinguent-elles en cela des artistes hommes ? La création est toujours dynamique, qu’elle soit le fruit du travail d’un homme ou d’une femme. Toutefois, dans un monde où les hommes ont une capacité de domination indéniable, nous pensons qu’il est utile de laisser aussi, de temps à autre, la parole aux femmes.

 

Voici une réponse que nous avons reçue à cet article:

La Gata nous écrit : "Me encanta la idea de una exposición de mujeres artistas. Es algo que no debería ser tan excepcional, pero desgraciadamente lo es. Hace algunos años estuve investigando sobre escritoras de habla hispana, me preguntaba si las mujeres, por el hecho de serlo, tenían una forma especial de escribir. No llegué a ninguna conclusión clara, pero por el camino descubrí escritoras maravillosas, desconocidas para mí y supongo que para muchos otros, cuyos libros era muy difícil encontrar en las librerías. Esto me hace pensar que las mujeres artistas necesitan una ayuda extra para darse a conocer y mostrar sus obras. Por este motivo, mi enhorabuena por la exposición y ¡ojalá tenga mucho éxito!"

En quelques mots: « Je trouve magnifique cette idée d’une exposition de femmes artistes. Cela ne devrait pas être une chose si exceptionnelle, mais malheureusement ce l’est. Il y a quelques années, je faisais des investigations sur des femmes écrivains de langue espagnole et je me posais la question de savoir si, de par le fait d’être des femmes, elles avaient une façon spéciale d’écrire. Je ne suis arrivée à aucune conclusion, mais en cours de route j’ai découvert des auteurs merveilleux, inconnus pour moi jusqu’alors et je pense aussi pour bien d’autres personnes, dont les livres ne se trouvaient pas facilement dans les librairies. Ceci me fait penser que les femmes artistes ont besoin d’un coup de main supplémentaire pour se faire connaître et pour montrer leur travail. Je me réjouis de cette exposition et vous souhaite beaucoup de succès. »

 

 

 

Nork: Itzal aktiboa.2008/02/04 22:33:20.666 GMT+1
Gaiak: expositions femmes art | Permalink | Erantzunak (1) | Errenferentziak: (0)

2008/01/19 10:06:40.586 GMT+1

Les femmes artistes s'exposent !

L'Art au féminin - IIème édition: A partir du 8 mars 2008, Journée Internationale de la Femme, l'association Itzal aktiboa organisera une nouvelle exposition d’oeuvres d'artistes femmes travaillant dans le Pays Basque.

Dans différents lieux de Saint Jean Pied de Port, l’exposition sera accompagnée d’un jeu-guide destiné aux enfants et d’ateliers-rencontre avec les artistes exposées.


Elle fait suite à l'exposition " L'Art au féminin " organisée avec succès en mars-avril 2007.

Nork: dacosta.2008/01/19 10:06:40.586 GMT+1
Gaiak: art obrak exposition artea erakusketa | Permalink | Erantzunak (0) | Errenferentziak: (0)