Adolescents et euskara (1999)

”Regard sur l’avenir : les adolescents du Pays Basque et la langue basque”, ainsi s’intitule la recherche réalisée en 1998 - 1999 auprès des élèves de 13 - 14 ans des collèges des trois territoires basques : Communauté Autonome Basque (C.A.B. : provinces de Biscaye, de Guipuzcoa et d’Alaba), Communauté Forale de Navarre (Navarre), Pays Basque nord (P.B. nord). La recherche a été réalisée sous l’égide des institutions suivantes : l’Université du Pays Basque (département de Sociologie), l’Université Publique de Navarre et l’Institut culturel basque.

Consultez le résumé des résultats de l'enquête pour le Pays Basque nord

Une première enquête avait déjà été réalisée en 1993 par l’Université du Pays basque auprès des adolescents, en adaptant à la situation locale le modèle ”Monitoring the Future” utilisé à l’Université de Michigan. Cette enquête s’était limitée à la Communauté Autonome basque. La recherche de 1999 fait suite à celle de 1993, mais s’étend à l’ensemble du Pays Basque.

Par ailleurs, deux autres enquêtes sociolinguistiques intitulées ”Continuité de la langue basque 1 et 2” ont été réalisées en 1991 et 1996 pour étudier la situation de la langue basque dans tout le Pays Basque auprès des habitants de plus de 16 ans. Institutions participantes : le département de la Politique Linguistique du Gouvernement Basque, la direction de la Politique Linguistique du Gouvernement de Navarre et l’Institut culturel basque.

A l’évidence les quatre enquêtes se complètent. Elles permettent d’étudier l’évolution de la langue basque et d’en prévoir l’avenir.

Méthodologie de l’enquête

L’hypothèse de départ est que la connaissance de la conscience linguistique des adolescents nous aidera à comprendre les soucis et les désirs linguistiques de la société. En effet, l’adolescent qui vit entre l’enfance et l’âge adulte reste lié à la famille et au système éducatif. Cependant, il construit déjà son propre monde en critiquant les valeurs des adultes, en fréquentant son groupe de camarades et en imaginant une mondialisation virtuelle (notamment par le biais de la télévision et du réseau Internet). De plus, une des caractéristiques de l’adolescent est la sincérité spontanée, pour exprimer son opinion sur ce qu’il voit autour de lui : attitudes des membres de sa famille, comportements au collège, vie entre camarades. Il en résulte un discours à la fois critique et constructif. On peut donc dire que l’étude de la réalité adolescente est une approche qui nous donne les moyens d’une prospective. En tenant compte de ces caractéristiques, deux méthodes d’investigation sont possibles : l’enquête qualitative et l’enquête quantitative.

L’enquête qualitative consiste à analyser les discours recueillis dans des groupes de discussion pour découvrir les représentations que se font les adolescents des langues, du pays, de l’avenir. Cette méthode a été utilisée au Pays Basque sud avec 6 groupes de parole. De difficultés de dernière minute ne l’ont pas rendue possible au Pays Basque nord. Par contre, l’enquête quantitative a été réalisée sur l’ensemble du Pays basque (nord et sud). Elle s’est faite par questions fermées, le plus souvent avec plusieurs choix de réponses (cases à cocher), afin de mesurer les résultats de manière statistique. De temps à autre, la question peut s’ouvrir en demandant à l’enquêté de justifier sa réponse. A titre d’exemple, prenons la question 57 : ”Ecris sur ces lignes tout ce qui te passe par la tête au sujet des questions suivantes : le basque pour quoi faire ? le français pour quoi faire ?” L’analyse du contenu de ces textes peut apporter quelques données qualitatives.

Caractéristiques de l’enquête

1678 enquêtes ont été réalisées dans la Communauté Autonome basque, 940 en Navarre et 528 au Pays Basque nord, pour un total de 3146 enquêtes. Pour ce qui est du Pays Basque nord, les questionnaires ont été répartis dans certaines classes de 4ème de 23 collèges. Les réponses ont été regroupées pour traitement informatique.

Voici la liste des collèges concernés par l’enquête :

Collèges publics (11) : Marracq de Bayonne, Jean-Rostand de Biarritz, Henri-Barbusse du Boucau, Chantaco et Maurice-Ravel de Saint-Jean-de-Luz, Irandatz de Hendaye, Elhuyar de Hasparren, Errobi de Cambo, Léon-Bérard de Saint-Palais, La Citadelle de Saint-Jean-Pied-de-Port, Argia de Mauléon.

Collèges privés (11) : Saint-Amand et Saint-Joseph de Bayonne, Sainte-Marie et Saint-Thomas de Saint- Jean-de-Luz, Sacré-Cœur de Hendaye, Ursuya de Hasparren, Saint-Michel de Cambo, Saint-François-Xavier d’Ustaritz, Etchecopar de Saint-Palais, Bil-Etxea de Saint-Etienne-de-Baigorry, Mayorga de St-Jean-Pied-de-Port.

Collège de Seaska (1) : ” Xalbador ikastegia ” de Cambo.

Sociolinguistique basque

Retrouvez les chroniques du sociolinguiste basque Erramun Bachoc sur le blog http://www.sociolinguistique.eke.org

Dernières chroniques :
Sites internet d'intérêt